vendredi 4 août 2017

Lumière sur « Envoutée », une chanson, un clip.

En écrivant cette chanson : 

C’est l’évocation d’un monde celtique et mystique que je voulais rendre.
C’est un peu comme si les fées et les esprits, vous trouvant dans la forêt, voulaient vous entrainer au plus profond de celle-ci. J’y évoque le loup, ou l’homme qui sait, par un chant envoutant.
C’est une mélodie au refrain que j’ai voulu entêtant, qui tourne et s’enroule comme une danse, comme une transe.



           Voici les paroles de cette chanson :

Tout au fond du bois sonne ce chant, il vient de loin, mais d’où vient-il ?
Il vient de là bas, tout prêt de là, il chante en moi, je dois le suivre.
Il parle pour moi, grandit en moi, révèle en moi, tous mes non dits.
Il reflète en moi, lointain déjà, ces souvenirs, que j’ai du fuir.
Où m’emmène t-il ? Je ne sais pas, vers où je vais, suis je perdue ?
Où m’emmène t-il ? Je ne vois pas, ai-je la clé de son secret ?


Par ce doux chemin, résonne enfin, mes lendemains, qui peut le dire ?
Dans ce doux refrain, je vois enfin, tous mes chagrins se sont enfuis.


Où m’emmène t-il ? Je ne sais pas, vers où je vais, suis je perdue ?
Où m’emmène t-il ? Je ne vois pas, ai-je la clé de son secret ?
Où m’emmène t-il ? Je ne sais pas, vers où je vais, suis je perdue ?
Où m’emmène t-il ? Je ne vois pas, ai-je la clé de son secret ?
Où m’emmène t-il ? Je ne sais pas, vers où je vais, suis je perdue ?
Où m’emmène t-il ? Je ne vois pas, ai-je la clé de son secret ?


En tournant le clip :


C’est tout naturellement que Marie Faucheux, d’Onjoy, amie de très longue date qui avait déjà réalisé mon premier clip en 2014, est venue poser sa caméra pour moi dans la forêt des Maures, prés de là où j’habite. 
Un lieu qui se prêtait totalement à la réalisation de ce clip.

Nous avons voulu rendre cette impression de mystère, un chant qui vient d’on ne sait où, pour vous mener on ne sait où. 
La couleur rouge de la robe, le jeu d’ombres des arbres, et le regard de loup évoquent ce conte si connu du petit chaperon rouge, sans vraiment le citer. 

C’est comme ça que je me suis retrouvée pieds nus au milieu des bois, pour votre plus grand plaisir.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire